| | | | | Version anglaise
Office de Tourisme Rahin et Chérimont
Vivez les Vosges du Sud !

Personnages célèbres de Clairegoutte

Maurice Deloraine

Frère d’Henri-Charles, diplômé de l’école de physique et chimie à Paris, il est affecté au service radiotélégraphie de la Tour  Eiffel en 1917.
Après la 1ère guerre mondiale, on lui délègue la création d’un laboratoire de recherche. Il est l’inventeur de l’ancêtre du sonar, le radiogoniomètre, capable de détecter les sous-marins, en 1934. C’est grâce à cette découverte que de nombreux navires alliés furent équipés permettant de décimer la flotte allemande. Le cas s’est présenté lors de la bataille de l’Atlantique ; à ce moment, Maurice DELORAINE séjourne aux USA. Après la victoire et la fin de la 2ème guerre mondiale, le Général américain Eisenhower rend hommage à Maurice DELORAINE pour sa collaboration avec les Etats-Unis grâce à cette invention. Il repart en France et reprend ses activités dans les télécommunications.

De 1953 à 1959, il devient maire de Clairegoutte.  Officier de la Légion d’Honneur, commandeur des ordres du mérite français/italien et titulaire de décorations américaines, cet homme achève sa vie dans sa chère commune de Clairegoutte (une stèle à son effigie a été inaugurée le 18 octobre 1992).

Henri-Charles Deloraine

Il commence sa carrière d’ingénieur dans le secteur de la télécommunication. Ensuite il se diversifie avec les domaines de la pneumatique et du textile. En 1947, Henri-Charles Deloraine améliore la qualité sur la production des fils en chlorure de polyvinyle au sein du groupe Rhodiaceta.
En 1927, il est accompagné de Jeanne Amos, fille d’un industriel du textile dans les Vosges.

Armand-Henri Iselin

Chirurgien major aux armées pendant la Grande Guerre, il se spécialise dans la chirurgie urologique et est nommé chef du service d’urologie, en 1940, de l’hôpital de Beaujon.
En 1956, Maurice DELORAINE le convie pour l’écriture d’un ouvrage à travers ses souvenirs d’enfance.
En 1966, il apprend le braille à la suite de sa cécité puis, se remet à étudier le grec classique.

Henri Frédéric Iselin

Très jeune, Henri Frédéric montre des aptitudes  pour la sculpture.
En 1849, il débute au Salon de Paris en exposant des bustes en marbre. En 1852, il obtient sa première médaille d’or pour Le jeune romain. Sa réputation parvient aux oreilles de Napoléon III et devient sculpteur officiel de l’Empereur en 1862.
Après la chute de l’empire, il continua à œuvrer pour diverses familles aisées. Il quitte Paris en 1896 pour s’installer à Clairegoutte où il succombe d’un cancer.

Charles-Louis Iselin

Après ses études à l’institut protestant de Glay (Doubs), il devient instituteur à Cusset et à Moulins dans l’Allier, puis à Pantin et Paris 5ème. En 1939, à la veille de la guerre, il enseigne  jusqu’à sa retraite à Clairegoutte.

Louis-Edouard Iselin

Cousin germain du sculpteur Henri Frédéric, il quitte Clairegoutte en 1871 sur les conseils de son cousin. Il arrive à Paris où il est l’élève de Millet, Dumont et Cordier. Il expose au salon de Paris en 1873 et 1874.
Il sculpte le buste de Prosper Mérimée où le musée d’Ajaccio la conserve actuellement.

Louis Petithory

Il fait ses études à l’école modèle de Montbéliard où il est formé comme enseignant protestant. En 1866, il sort premier de sa promotion, titulaire du brevet pour l’enseignement primaire. Il enseigne aussi l’allemand, il dirige une chorale puis il donne des cours du soir pour adultes.
Ayant obtenu le certificat d’aptitude pour être herboriste, il quitte l’enseignement et s’installe comme épicier-herboriste à Paris.
En 1880, il reprend l’école protestante en tant que directeur mais contraint par sa santé, il s’arrête après huit ans d’enseignement.

Jusqu’à la fin de sa vie, il écrit des ouvrages historiques, restés la plupart à l’état de manuscrits.

Edouard Jacques

Village de Clairegoutte

Communauté de communes Rahin et Chérimont
Offices de Tourisme de France
Massif des Vosges
Parc naturel régional des Ballons des Vosges
Office de Tourisme
Rahin et Chérimont
25 rue Le Corbusier
70250 RONCHAMP